EDITORIAL

Christine Renard nous a quittés le 7 novembre 1979, laissant une œuvre aussi importante qu’incomplète, la maladie l’ayant emportée en pleine possession de son écriture. À l’occasion de ce quarantième anniversaire de sa mort, Galaxies et l’association Éditions Gandahar se sont donc associés pour rendre hommage à cette grande dame de l’imaginaire français, au style si particulier et aux thèmes abordés tant appréciés par les uns et que rejetés par d’autres, en cause sans doute son féminisme assumé sinon revendiqué.

Galaxies lui avait déjà ouvert ses pages avec « Un amour d’automne » dans son n° 53 de mai 2018. Il était évident qu’un espace plus important devait lui être offert en cette circonstance. Aux articles sur son œuvre et sur sa vie qui figurent dans le dossier qui lui est consacré suivent donc trois nouvelles issues d’anthologies auxquelles elle avait été conviée autrefois.

Mais il nous a paru que, pour l’accompagner, la présence de plumes féminines s’imposait d’elle-même : au total cinq nouvelles en provenance de divers horizons, et premiers pas pour deux d’entre elles, auxquelles il convient d’ajouter une ressortie qui s’imposait dans le cadre du « Service des Affaires classées » initié par notre collègue Jean-Pierre Andrevon.

Vous retrouverez bien entendu la chronique bédé-comics de Frank (Zaitchick) James qui, comme par hasard, s’est penché sur le cas d’une singulière héroïne et un « Écran du Souvenir » un peu particulier à propos d’un film fantastique rare et, qui plus est, réalisé par une femme.  Enfin, pour conclure, place à la moisson des films du semestre écoulé recueillie par notre ami et néanmoins collègue déjà cité, Jean-Pierre Andrevon, qui vient d’être honoré pour son Encyclopédie de la Guerre au Cinéma et à la Télévision par le jury du Prix du livre d’histoire du cinéma du festival de Pessac en octobre dernier. Il était temps qu’on le dise.  

Jean-Pierre Fontana et Pierre Gévart 1er mars 2019